VOUS DITES, LA DANSE ORIENTALE, UNE DANSE « DU VENTRE » ?

0
28

La danse orientale possède des origines très floues.
Certains prétendent qu’elle proviendrait de la Perse ou de la Turquie, alors que d’autre lui trouverait un lien plus moins direct avec l’Inde. Toutes ces versions sont contestées par les pays du Maghreb pour qui la danse orientale serait née en Egypte.
Pays d’accueil au Xe siècle des « Tsiganes » chassés d’Inde par la famine. Ces derniers pour leur spectacle de rues, sous prétexte de distraire le peuple, vont habilement faire ressurgir d’antiques danses égyptiennes. Danses du temps jadis où d’anciens rites de fertilité, associent à la fois la religion et l’ésotérisme.

C’est au 19ème siècle, que la notion de « danse du ventre » est accolée à la danse orientale. Le terme vient des soldats de Bonaparte qui en quête d’exotisme lors de l’expédition en Egypte ne retiendront des danseuses que leurs mouvements du bassin, des hanches ainsi que leur ventre parfois dénudé.
La danse orientale est pratiquée par les femmes, car cet art en exprime toute la féminité et la sensualité.

Au milieu du XIX siècle, elle rentre progressivement chez les particuliers ainsi que dans les cercles aristocratiques très fermés.
Les groupes de danseuses se distinguent dans des styles différents :
– hawanem, la « danse des dames », danseuses non professionnelles issues de la classe aisée, exerçant aux endroits exclusivement fréquentés par des femmes.
– Ghawazi, nom de la tribu de femmes tsigane qui dansent pour le petit peuple et n’ont pas une bonne réputation.
– awalem, les « almées » danseuses egyptiennes professionnelles qui avec «le baladi ».sont les plus respectées, elles l’emporteront d’ailleurs sur tous les autres.
A partir du début du 20ème siècle, la danse orientale va connaître un succès mondial, ainsi qu’une grande évolution qui ira de pair.
Les années 30-40 avec arrivée de la variété et du cabaret constitueront son âge d’or.
Viendra ensuite le cinéma avec de nouveaux éléments.
Des décors somptueux, une plus large utilisation de l’espace, introduction du voile, du fameux costume deux pièces à sequins, le tout dans le style strass et paillettes hollywoodien.

Les rythmes orientaux se mélangent aux rythmes occidentaux (rumba carioca Jazz) façonnant un nouveau style : le «raks sharqi»

Depuis la danse orientale est divisée en deux styles : d’un côté une danse populaire, plutôt festive, joyeuse, le «baladi», et de l’autre une danse plus élégante et gracieuse qui se pratique avec un voile et le ventre dénudé. le «sharqi».

A l’heure actuelle, la danse orientale connaît un nouvel engouement. Elle est enseignée au même titre que la danse classique, le modern jazz, dans un style académique.
Nous sommes bien loin de la « danse du ventre » de l’époque coloniale de Bonaparte !!!

kingmed1
Author: kingmed1